La Martinique : l’île aux fleurs ?

Madinina, c’est ainsi que les Caraïbes nommaient la Martinique avant l’arrivée de Christophe Colomb en 1502.

Madinina signifie « l’île aux fleurs » dans la langue des Caraïbes, populations amérindiennes, qui y vivaient depuis la fin du IXème siècle. On arrive bien à imaginer cette époque où l’île était recouverte d’une flore luxuriante et colorée tel un patchwork enchanté.

Douze siècles plus tard, la Martinique mérite-t-elle toujours cette charmante et poétique appellation d’île aux fleurs ?

J’ai tenté de répondre à la question lors de mon dernier séjour sur cette île magnifique.

Lorsque l’on arrive à l’aéroport Aimé Césaire, qu’on récupère ses bagages, qu’on monte dans un taxi direction Fort de France à 22h30, les fleurs ne sautent pas aux yeux.

Mais, le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil, on se rend compte au pipiri chantant (ce n’est pas qu’une expression car les oiseaux chantaient à tue-tête), qu’il y a des fleurs partout et pas seulement « pour qui veut bien les voir », pour paraphraser Henri Matisse, mais aussi pour ceux qui ne veulent pas les voir.

Partout en effet, des fleurs vous saluent et semblent vous inviter à profiter pleinement de votre séjour.

Partout donc, par commencer sur le balcon (et du balcon) de mes hôtes dont la maison se trouve sur les hauteurs de Fort de France :

Ixora jaune nain vu du balcon

 

Pervenches blanches en pot sur le bacon de mes hôtes

 

Liane parasite sur un arbre, le courbaril, vu du balcon

Jasmins des haies vu du balcon

 

Puis au gré de mes déplacements, j’ai pu apprécier la flore martiniquaise dans toute sa splendeur :

 

Frangipanier pudique appelé aussi « bouquet de marié »

 

Allamandas jaunes apelés aussi liane à lait

 

Alamandas violacae

 

Lauriers roses

 

Souvent les fleurs fleurissent ça et là de façon indisciplinée, parfois en petites touffes esseulées:

 

 

Petites fleurs jaunes sur un rocher (îlet Sainte Marie)

 

Un frangipanier en fleur au bord d’une route

 

Malvacées mauves au bord d’un trottoir à Sainte Marie

 

Malvacées jaunes dans un razié ( razié = en français hallier)

Pour faire honneur à sa réputation florale, la Martinique compte de nombreux jardins où l’on peut découvrir de très belles fleurs à l’allure mystérieuse :

  • le jardin d’émeraude dans la commune du Morne Rouge
  • le jardin de Balata à Fort de France
  • l’ Habitation Anse Latouche que j’ai visitée
  • le jardin de Bonneville
  • etc ….
 

Alpinias roses (Habitation Latouche )

Alpinias blancs (Habitation Latouche)

 

 

Oiseau du paradis (Habitation Latouche)

 

Balisier (Habitation Latouche)

L’habitation Latouche abrite l’unique zoo de la Martinique dans la commune du Carbet. Mai c’est aussi un lieu peuplé d’une magnifique flore :

 

Rose de porcelaine blanche

 

Rose de porcelaine rouge

 

Nénuphars

 

Hibiscus rouge

 

A la Martinique, mêmes les arbres concurrencent fièrement avec les fleurs en arborant une jolie floraison avant de donner des fruits :

 

 

Tulipier du Gabon dans la commune de Trinité

 

Flamboyant à fleurs oranges

 

Frangipanier en fleurs

 

Flamboyant à fleurs jaunes

Certaines plantes étranges ressemblent à des fleurs par leurs couleurs chatoyantes:

 

Des bromélias

 

Croton violet

 

Ananas sauvage (non comestible)

 

Shampoos appelés aussi amome sauvage gingembre shampoing

Sur les dépliants touristiques, sur les cartes postales, dans les magasins d’objets touristiques, l’ hibiscus semble être la Reine des fleurs ici et plus généralement dans les Antilles. J’avoue en avoir vus parsemés ça et là. Mais je n’ai pas vu de « champs de d’hibiscus ». Mes hôtes m’ont expliqué que cette sublime fleur avait été victime d’une maladie, ce qui l’ a quelque peu décimé. J’ai pu toutefois en photographier. C’est une fleur qui a une durée de vie courte d’environ 3 jours maximum. Cette brièveté de vie est compensée par la floraison rapide de la plante.

Symbole de l’Amour, l’hibiscus se décline en différentes couleurs : blanc, jaune, rose, orange et rouge.

 

Hibiscus rouge appelé aussi rose de Chine

 

Hibiscus oranges

 

Hibiscus rouge (Rose de Chine)

 

Hibiscus piment 

J’ai découvert d’autres espèces d’hibiscus :

 

Hibiscus arnottianus

 

Hibiscus arnottianus

 

Un cacaoyer : il fait partie des malavacées comme l’hibiscus

 

Hibiscus à pétales multiples

Avant cette maladie, les habitations martiniquaises étaient souvent clôturées avec de belles haies d’hibiscus. Aujourd’hui, l’hibiscus est souvent remplacé par le bougainvillier tout aussi beau et coloré. Comme l’hibiscus, le bougainvillier offre une multitude de couleurs : rose, rouge, mauve, orange, jaune, blanc. Il doit son nom au botaniste Philibert Commerson  qui l’a découvert au Brésil en 1767 lors d’une expédition autour du monde  dirigée par l’explorateur français Louis Antoine de Bougainville. C’est pour rendre hommage à ce dernier qu’il le nomma ainsi.

 

Bougainvilliers fushias

 

Bougainvilliers oranges

 

bougainvillier bicolore

 

Bougainvilliers fushias

Même si on espère fortement que l’hibiscus retrouve

sa place de Reine des fleurs, avouons que le bougainvillier occupe la régence de façon honorable.

 

Bougainvilliers roses et oranges

 

Bougainvilliers fushias

 

Bougainvilliers fushias

 

Bougainvilliers roses

Parfois, certaines de ces fleurs apparaissaient à mes yeux comme de belles inconnues : impossible de les identifier même en allant sur internet ou en demandant à mes hôtes , (mais tenace et chercheuse dans l’âme je finirai par trouver leur nom !!!) :

     

Finalement identifiée : ce sont des plumbagos ou dentelaires !

 

♥Ces fleurs inconnues m’inspirent la chanson (1988) de l’artiste guadeloupéen Pascal Vallot  

Belle inconnue ki dansé épi mwen, Sé’w mwen ka sonjé lè sa pa ka alé byen,

Lè soley rété kaché, Sé’w mwen ka sonjé, Bon moman nou passé ….

Traduction :

Belle inconnue avec qui j’ai dansé, je pense à toi quand ça va mal,

quand il n’y a pas de soleil, je pense aux bons moments passés avec toi ….

 

Parfois, les noms sont  très évocateurs :

 

Epines du Christ

 

Queues de chat

Admirons encore les belles fleurs de l’ île aux fleurs  à travers ce beau bouquet de fleurs composé d’anthurium, alpinias, d’oiseaux du paradis, de crotons et de branchages :

   » Si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs ″                                                                            Michel de Montaigne

 

Quelle bonne idée n’est-ce pas ? : Michel de Montaigne, auteur du 16ème siècle semblait déjà croire au pouvoir des fleurs avant même le mouvement hippie apparu dans les années 1960 et qui prônait le flower power, le pouvoir des fleurs.

 

 Conclusion: Merci belle Martinique pour cette belle balade florale, Tu es bien l’île aux fleurs !

 

Happy flowers.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.